Livre 1 – Le Comté de Dorstone – Séance #10

La chose la plus extraordinaire m’est arrivée aujourd’hui!

Nous terminions la préparation du voyage pour le village tout près, quand je fus intercepté, pendant mon magasinage, par le fossoyeur. Il avait besoin de mon aide, car un trou c’était créé dans une crypte du cimetière et il devait récupérer les corps qui s’y trouvait. Bien sur, je ne pouvais refuser. C’était quand même nous, qui avions tué ces hommes et je me sentais un peu mal pour le pauvre homme, qui devait tout creuser par lui-même. Du même coup, pourquoi avait-il besoin de moi, il n’avait qu’à remplir le trou et le tour serait joué. Pourtant l’homme semblait un peu apeuré par la situation, ce qui était un peu anormal dans les circonstances. Je m’empressai de me rendre au cimetière et avec les explications du fossoyeur je compris l’anormalité de la situation. Le sol de la crypte était fait de pierre solide et un éboulis de la sorte n’avait aucun sens. Arrivé sur le lieu, je ne pus que constater l’ampleur des dégâts. Le trou était très profond et cela prendrait un bon système de cordage pour descendre tout au fond.  Je réussis à construire le tout assez rapidement et le fossoyeur descendit pour y récupérer les corps. Pendant la descente, une chose inattendu ce produit. La corde flancha complètement et le fossoyeur alla s’écrasé au fond du trou. C’était impossible, j’avais vérifié le système à plusieurs reprises et tout était parfait. Je pris sur moi de descendre à mon tour et y retrouver le corps en espérant qu’il soit encore vivant. En descendant, je remarquai que les parois du trou étaient inhabituelles. Le tunnel semblait chauffé au point que je réussis à sortir une pépite de fer et même de la terre cuite ressemblant à de la poterie. Je devais absolument montrer ceci à Godrick. Je m’empressai à remonter pour quérir Godrick, quand il apparut devant moi lorsque je sortais du trou.

Godrick s’empressa de regarder le tout et en venu à la conclusion que la chaleur émisse était assurément d’origine magique. Ce type de phénomène ne pouvait qu’avoir été causé que par une puissance magique relativement imposante. Il prit sur lui d’aller chercher James pour lui montrer le tout et notre prochain plan d’action était clair. Nous devions descendre au fonds et y découvrir la source. La descente fut plus pénible. Le trou devenait de plus en plus petit, sinueux et glissant, mais surtout très dangereux. La lumière aussi était un facteur complexe. Nous étions un à la suite de l’autre et la lumière ne se rendait pas au premier en bas, entre autre… moi. À un certain moment, après un passage pénible, je pendais dans le vide en attente de Godrick et James quand une créature agrippa ma jambe. Déjà que je ne me sentais vraiment pas très bien avec toutes les histoires de Godrick sur les morts-vivants, en voila un qui m’agrippe pour me faire descendre dans les profondeurs les plus obscure. Je réussis de façon in extrémis à le renvoyer tout au fonds de l’endroit où il était apparu, mais ma peur grimpa d’un cran. J’avoue qu’à ce moment, je n’avais plus envie du tout de descendre, mais je me suis souvenu que nous avions affronté bien pire, tout en me remémorant l’affrontement avec ce diable au château de l’Archiduchesse. Qu’est-ce qu’un mort-vivant pouvait avoir de plus qu’un diable ?

Le reste de la descente fut complexe, mais nous avons réussi à arriver au fonds de ce tombeau. Toutefois, nous n’étions pas en reste, car deux morts-vivants nous y attendaient. Le combat, fut rapide avec l’aide de Godrick qui enchanta la lame de James et les deux créatures furent pourfendues en le temps de dire ouf. Godrick nous apprit5457eab3c640621ff1f19a0350364c17 que ces créatures étaient des Goules. Un type de mort-vivant ayant une soif de chair vivante intarissable. Nous devions absolument trouver si d’autres goules étaient présente ou la source de création de celle-ci et les détruire le plus rapidement possible, car le terrain sous lequel nous nous trouvions était plus qu’idéal pour leur croissance. James nous averti que quelque chose était au centre de la pièce. Un gros œil qui nous regardait à travers un monticule d’amas de chair en putréfaction. Pendant que James et moi se dirigeaient vers cette chose, Godrick examina les corps en décomposition. Il nous dit que ceux-ci étaient les gardes que nous avions tué la veille et qu’au centre se trouvait le corps de dame assassiné de manière mystérieuse. Godrick pensa alors au prix que l’Arch-mage lui avait dit qu’il devrait payer. C’est alors que l’œil commença à bouger, comme s’il cherchait quelque chose. C’était comme s’il était en convulsion, regardant de tous les sens. Godrick ordonna à James de le trancher net. La réponse de l’exécution de l’ordre fut toute une surprise. Un essaim de spores sortie de son iris en engloba James qui se débâtait frénétiquement pour les chasser. Rien ne fonctionnait, même la magie que Godrick tenta pour les disperser ne fonctionna pas et James disparu soudainement devant nos yeux. L’essaim ne resta pas en reste et pour donner suite, il nous engloba à notre tour, les lumières se fermèrent pour nous à partir de ce moment.

Nous nous sommes tous réveillé en un endroit inconnu. Nous étions dans un endroit sombre, sur une terre rocailleuse et possédant des rochers pointus comme des poignards. Une pluie diluvienne s’abattait sur nous et l’air même de l’endroit nous 96b8ea4501781684b0679df49880dc64rendait inconfortable et il y avait une pression indescriptible qui pesait sur note âme. Nous reprenions graduellement le sentiment de notre corps quand nous avons remarqué que nous étions complètement nus.  Soudainement, je senti une énorme douleur au niveau de ma poitrine, c’était comme si un tison me brulait directement le torse, mais il n’y avait rien a proximité pouvant faire cela. Je me tordais de douleur au sol, et je perdis conscience. Lorsque je me suis réveillé, j’avais la marques des Wildfire imprégné sur mon thorax, d’une couleur rouge oranger, rappelant le fer chauffé au maximum et liquéfier, comme dans les forges de bronze. Lorsqu’on pousse la température au maximum pour en créer un liquide pouvant devenir ce que la volonté du forgeron voulait. Je ne comprenais pas trop ce qui se passait, mais Godrick était déjà dans ses explications avec James. Je compris quelques brides de ce qu’il disait. Selon lui, nous étions dans les limbes…

ses explications portaient aussi sur le fait que les utilisateurs de la magie étaient avantagés ici, car leurs désirs ses manifestaient par rapport à leur imagination. J’accumulais graduellement assez de force pour me lever, malgré la douleur que je ressentais encore. Pendant ce temps, j’entendais Godrick faire un de ses sorts. C’est alors que les vents se levèrent et entourèrent Godrick et James. Après quelques secondes, tout les deux étaient complètement équipés comme ils l’étaient avant d’arrivé ici. Mais pour ma part, j’étais encore nus comme un verre avec cet emblème ardent sur ma poitrine.  Par gentillesse, James me donna sa cape en guise de pagne. Quelques instants plus tard, 3 troglodytes apparurent des falaises. Grâce à James j’avais une arme pour combattre, mais aucune armure. Nous avions chacun notre troglodyte à tuer, Godrick et James réussirent à tuer les leurs assez rapidement, mais pour ma part je fus gravement blessé0f8520e8e63b4c8e7d885687dadcd5c2.jpg rapidement. James pourfendit son troglodyte avec son adresse habituel au combat, le troglodyte n’avait aucune chance. Godrick fut encore une fois majestueux, il se transforma en un énorme griffon blanc et il coupa en deux son ennemi à l’aide de ses griffes et son bec.  Pour moi et bien, la même rengaine, je me bâtais du meilleur de mes capacités, mais l’ennemi montant au corps-à-corps prenait graduellement le dessus, armé d’un arc contre une lance, mes chances étaient minces. J’entendais une voix dans ma tête, mais je ne comprenais rien de ce qu’elle disait. Après un coup magistrale de l’ennemi qui me prit par surprise, j’avais un genou par terre, mon sang se vidait graduellement de mon corps et ma vue se brouillait. J’entendais cette voix qui me répétait sans cesse la même chose et j’essayais de garder ma concentration face à mon ennemi, mais une petite chose me disait que je devais répéter les mots qu’il disait. Je m’exécutai alors à la tâche, je gardais l’ennemi à distance, mais je savais que la mort approchait. Il se préparait à en finir avec moi quand je réussis à terminer la phrase qui se répétait dans ma tête. Mes f4aea7833e9a8822f5e30f19e5b571a7muscles se redire et je senti mon être au complet virevolter dans un tourbillon de cendre. Mon sang, ma sueur, le sang de mon ennemi tout semblait s’entremêler et je senti alors une douleur si intense que je perdis conscience encore une fois. Lorsque je me suis réveillé, James était près de moi, mais Godrick avait disparu. Il m’expliqua que Godrick ne semblait plus lui-même lorsqu’il parti, mais surtout il montra de quoi j’avais l’air. Wow, j’étais une armure ambulante. Haha! Nefheru m’avait reconnu et m’avait offert son cadeau ultime. Plus rien ne pouvait me résister maintenant. Bon j’étais très gravement blesser encore, mais cette armure était une vraie forteresse. Malgré toute ces blessures, je me sentais revigorer et fort. Je me sentais comme un héro de guerre légendaire.

Goderick revint quelques minutes plus tard ayant retrouvé ses sens. Il semblerait que la bête avait prit le contrôle sur lui. Cela pouvait arriver lorsqu’il utilisait trop de magie, mais dans un endroit comme ici, les effets étaient moins permanents que sur le plan des mortels. Je fus alors averti par l’armure qu’une centaine de troglodytes grimpaient vers nous du fond de la falaise. Nous devions absolument fuir l’endroit pour en trouver sécuritaire et pour réfléchir à un plan d’action. Pendant notre retraite, le casque de l’armure me montra une direction à suivre, comme s’il y avait quelque chose d’important dans cette direction. Nous avons alors pris la décision de suivre ses indications. Je partis donc à courir vers l’endroit pendant que James chevauchait Godrick. Dit comme ça, sa semble bizarre, mais il ne faut pas oublier que Godrick était à présent un Griffon. Je finis par rejoindre les deux qui étaient tout près d’une autre armure de Nefheru. Celle-ci était complètement inerte et avait un symbole semblable au mien. Pas un Wildfire, mais possiblement une autre famille. Nous ne serions pas seul à avoir cette capacité. Lorsque je vinsse pour la toucher, l’armure partie complètement en poussière et vogua à l’horizon. Laissant au sol, le corps d’un homme, possiblement un très vieux Karamain ou Urumain. Godrick expliqua que c’était probablement la direction à laquelle le dieu était. L’irrésistible envie me prenait que de prendre mes jambes à mon cou dans cette direction. Enfin pouvoir rencontrer le dieu qui posa la malédiction sur mon clan et comprendre ce que je devais faire pour utiliser ses pouvoirs pour le servir au mieux de mes capacités. Oui, je comprends qu’une malédiction n’est pas une chose bonne, mais pour moi c’était une bénédiction. Au moins je n’étais pas simple forgeron du nord. Ma famille était reconnue pour ses talents à la forge et Nefheru nous avait offert son aide dans un moment des plus sombres dans notre passé. Quel clan aurait pu en dire autant. Oui, nous avons perdu de notre gloire, mais je ferai en sorte que le nom Wildfire sera reconnu à jamais et je vais utiliser cette malédiction pour m’y aider.

Bref, revenons à nos moutons. Je tentai de convaincre James et Godrick de se diriger vers l’endroit, mais la voix de la sagesse prit le dessus. L’indication du corps et son positionnement semblait troublé Godrick, expliquant à James que la mise en place de ce corps, lui semblait faux. Pourquoi ici, comment est-il mort? James commença à chercher solution et surtout pourquoi lui seul n’avait pas de pouvoir ici. Il tomba sur une marque au sol, un symbole qui lui tirait une énorme impression de déjà-vu. Il ne pouvait mettre le doigt sur la raison de se souvenir et on pouvait voir que sa l’agaçait au plus haut point. Godrick épousseta les dates au sol et c’est ainsi qu’il découvrit un texte entier au sol, utilisant l’écriture symbolique, nomma mon clan. Une rafale de question provenant de Godrick m’explosa en plein visage. Ce langage était mien, mais autre le symbole j’en connaissait peu. J’expliqua, de la même méthode que mon oncle aurait fait, la composition de mon symbole familiale. Je pouvais réciter mot à mot ce que mon oncle me disait, j’avais appris toutes ses histoires par cœur. Diantre qu’il avait la touche pour raconter des histoires. Lorsqu’il parlait, tous écoutaient…Un grand homme…Godrick écoutait, filtrant surement le mythe de la réalité et m’interrompit avant la fin de mon histoire en pointant le corps du mort en disant : « StormBringer ». J’arrêta net et Godrick poursuivant sa lancé en expliquant que ce texte au sol et une partie d’une fable nordique intitulé l’Astrologue qui se laisse tomber dans un puits.

Le soleil nous luit tous les jours,
Tous les jours sa clarté succède à l’ombre noire,
Sans que nous en puissions autre chose inférer
Que la nécessité de luire et d’éclairer,
D’amener les saisons, de mûrir les semences,
De verser sur les corps certaines influences.
Du reste, en quoi répond au sort toujours divers
Ce train toujours égal dont marche l’univers ?

Regardant au loin, réfléchissant surement à cette section de fable Godrick nous fit part de sa crainte envers ce lieu. Des goules comme punition… Ce n’était pas assez. Ce n’était pas Zéraphin… Cette porte que nous avions franchie devait être encore ouverte… et tous ces troglodytes devaient surement tenter de la rejoindre. Ce n’était pas une bonne idée de rester ici plus longtemps. On devait absolument trouver une sorti et nous ne savions certainement pas combien de temps de devrions marcher vers cette endroit imprécis. Soudainement, sans crier gare, le corps inerte se transforma en gargouille. Le combat nef9e0197d9a0f63b8aa806bb365511cc1 prit pas trop de temps. Avec ma nouvelle armure, mon adresse au combat était décuplée et je pouvais aider mes compagnons au meilleur de mes capacités. Après quelques coups de chacun d’entre nous, elle finit par tomber. J’étais très fier, que pour une fois, je pouvais leur être utile au combat, au lieu de leur servir de mannequin d’entrainement. Haha !!!

Godrick nous expliqua que ce type de créature était des gardiens de mage et que s’il y avait une gargouille ici, cela voulait dire qu’un mage était tout près et que les mages ici son possiblement des immortels ou démon, selon nos croyances. Nous devions fuir rapidement cet endroit. C’est alors qu’un éclair de génie traversa l’esprit de Godrick. C’était limpide comme de l’eau de roche, la sortie était où nous étions arrivé, pourquoi n’y avait t’il pas pensé avant. Nous nous sommes tous empressé de rebrousser le chemin, car nous savions que les troglodytes grimpaient dans cette direction et nous devions absolument arriver avant eux. James parti encore une fois sur le dos de Godrick qui voulait allez s’assurer de la sécurité de l’endroit. Pour ma part et bien, je courais de toutes mes forces, du moins celle qui me restait. J’étais encore gravement blesser du premier combat, mais je finis par les rejoindre. Je les voyais brandir leur bras frénétiquement, les troglodytes était tout près. Je redoublai alors d’effort pour atteindre l’objectif que Godrick avait trouvé. Je parvins au portail de peine et de misère, complètement à bout de souffle et aucun troglodyte n’avait franchi le portail pour se retrouver de l’autre côté. Réapparu dans l’énorme trou qui c’était créer dans le cimetière, nous avons été accueillis par les voix familières de Curt. Quel bonheur de les entendre et quelle aventure avons-nous à leur raconter.