Prologue – les croisades – Séance #6

La bataille avec l’affreuse créature était enfin terminée quand soudain nous avons entendu un énorme BANG sur le toit du château. Nous nous sommes tous dépêchés de nous rendre là-haut pour voir ce qui se passait. Une étrange scène se déroulait devant nous. Goderick était seul en pleur avec son bâton fracassé par terre et le toit à moitié démoli. Kurt se dirigea vers lui avec hâte, nous pouvions lire la détresse dans leurs visages. En regardant le tout, nous avons pris la décision de redescendre pour les laisser seul, c’était plus sage ainsi et ce moment devait rester intime entre eu.

Retourné en bas, James prit les commandes encore une fois. Il alla d’abord aider l’archiduchesse à reprendre ses esprits. Nous étions chanceux d’avoir des hospitaliers avec nous pour voir à ses blessures. Toutefois, se ne sont pas ses blessures qui  apportèrent les pleurs inconsolables qui vinrent, mais plus la vue de ce qui venait de se passer et surtout celle de ses enfants et époux complètement décapité par terre. Ceci provoqua une crise de panique de celle-ci. James tentait du mieux qu’il pouvait, mais pour une des rares fois il semblait complètement démuni. James vint nous voir pour s’assurer que tout était correct de notre côté. Mes blessures étaient graves, mais j’allais m’en sortir avec une belle cicatrice, de quoi me vanter un peu auprès de la gente féminine! James nous ordonna, à moi et Cyd, de faire des recherches de nourriture. Il avait en tête de fortifier cette place pour laisser le gros de la guerre passer et ensuite aller rejoindre le reste de l’armée. Les pleurs de la dame s’intensifiait et couvrait tout les sons des hommes qui entrait pour nous venir en aide. James tentait tant bien que mal de la calmer, mais rien ne fonctionnait. C’est alors que Curt redescendit du toit avec Goderick qui était appuyé sur ses épaules.  James alla à sa rencontre et lui expliqua la situation et Curt ne semblait pas d’accord avec le plan de rester ici. Ils discutèrent un peu et il se dirigea vers la dame pour tenter de la consolé. Ce qu’il réussi. Les pleurs diminuaient graduellement et elle semblait reprendre un peu le contrôle de ses émotions. De son côté, Goderick alla se détendre dans un coin, il était dans un piteux état et son teint pâle en disait long sur son état d’âme et surtout sa santé. Pour ce qui est de nos recherches, elles furent fructueuses. Nous avons ramené assez de vivre pour tenir un petit siège de quelques jours. 5996dd74c1db2c2489b63f6604a202ce.jpgLorsque nous sommes revenus dans la pièce maîtresse, Cyd me fit remarquer que 2 soldats commençaient à enlever leur armure et se préparait à quitter de la sorte. Il me demanda d’aller les voir et de leur parler, ce n’était certainement pas ma force, mais je devais tenter le coup. Je me suis présenté devant l’un d’eu et pendant quelques minutes j’ai tenté de le convaincre de rester des nôtres, que sa tâche n’était pas terminé et que le tout était bien plus important qu’il ne le croyait. À ma grande surprise, je réussi à le convaincre de rester. J’étais plutôt fier de ma réussite, mais je ne compris que beaucoup plus tard ce qui avait rongé ses soldats.

James, Curt et la dame finirent par établir un plan d’attaque. Nous allions finalement rejoindre le reste de l’armée sur le champ, toutefois Goderick n’était certes pas en mesure de faire une tel marche forcé. Cyd eu l’idée de faire un brancard pour le porter, pourquoi n’y avais-je pas pensé plus tôt, c’était une super idée. Je me mis au boulot en le temps de dire ouf, je terminai le brancard, bon il manquait de finition, mais le tout serait parfait pour le porter. James et Kurt nous donnèrent les ordres à suivre. Ne devions utiliser la formation tortue pour protéger Goderick et la dame, pendant que quelques chevaliers allaient en éclaireur pour libérer le chemin devant nous. Je n’avais jamais vu autant d’ardeur au combat, malgré toutes les années passées sur le champ de bataille, la bravoure et la ferveur que je voyais devant était tout simplement sublime à regarder. Nous avons dû une petite halte pendant le trajet, car l’archiduchesse eu une autre crise de panique, j’imagine que tout ce qui se passait la rendait vraiment nerveuse et ce n’est pas tous les jours que tu vie ce genre d’évènement. Curt réussi à la calmer encore une fois et nous avons terminé notre route dans le château du roi. La scène qui se dévoilait devant nous n’était pas de tout repos non plus. Il y avait des corps partout, mais il y avait trop d’homme pour le nombre d’homme rats, ce n’était pas normal. La scène suivante nous glaça à tous le sang. L’ange était morte empalé par la lance de la démone, qui elle-même était empalé par la lance de l’ange. La grande prêtresse, l’ange, n’était plus. 2261156b7a3f7f059eed2ee6f2407166.jpgNous étions tous abasourdi par cette scène terrible que nous en avons oublié de veiller à se que la dame ne rentre pas plus loin pour voir le tout. Elle fit son apparition dans la salle et d’une réaction vive, elle se mit à courir vers le fond de la salle pour y ouvrir une porte dérobé. Ce qui se présentait devant nous était encore plus troublant… le roi était mort. La dame perdit complètement le contrôle à ce moment là. Elle se mit à courir de plus bel et monta à l’étage. Nous avions de la difficulté à la suivre tellement l’énergie du désespoir l’animait. Elle ouvrit une porte dérobée pour y découvrir le jeune prince avec la couronne du roi dans les mains ainsi que 3 golems qui le gardait. Les Ducs et chevaliers présent se mirent à discuter ensemble sur le prochain plan d’action et encore une fois les idées volaient de partout et rien ne semblait se concrétiser. C’est alors que l’archiduchesse, prise d’impatience, prit les choses en main et demanda à James de tranché sur la décision à prendre. James n’était pas certain s’il devait outrepasser la hiérarchie présente, mais la dame pressa une fois de plus James de prendre la décision et les hommes présents acquiescèrent à sa demande. James décida donc qu’il était plus sage de se diriger vers la forteresse des hospitaliers plutôt que l’autre option. Arrivé là-bas, les ducs et chevaliers reprirent leur discussion sur les procédures à adopter et la meilleure marche à suivre pour assurer la sécurité de la ville. Suite à quelques options jetées sur la table ils remarquèrent tous qu’ils tournaient en ronds et qu’aucune décision ne serait prise en ce jour. C’est alors que le duc Armstrong mit fin à la discussion et précisa qu’il serait mieux de se reposer pour se soir et digérer ce qui venait de se passer. O’Connor resta avec nous un peu plus longtemps pour faire un topo de la situation à James. Par chance je fus invité à sa table avec Cyd et Goderick. Il était très rare que nous pouvions avoir ce type d’honneur, alors nous avons tous acceptés sans broncher. La discussion alla du futur de la ville, de notre futur ainsi que la destiné de la royauté en cette ville. Le jeune roi ne pouvait gouverner dû à son âge et la reine avait malheureusement disparu dans le chaos de l’attaque. Les sœurs du roi pouvaient prendre le pouvoir temporairement, mais le tout nécessitait une réunion de celles-ci pour décider qui prendrait le pouvoir. Toute cette politique était vraiment trop complexe pour moi. J’étais vraiment heureux d’être un simple soldat, toutefois James et Kurt semblaient vraiment intéresser sur le sujet. Nous avons aussi discuté de l’ordre des templiers. Il semblerait que l’ordre n’était plus l’ombre d’elle-même. Plusieurs changements avaient eu lieu au sein de celle-ci et tout ça à cause de la diablesse qui avait prit l’apparence de la grande prêtresse. Kurt semblait en désarroi devant cette nouvelle et il avait clairement l’intention de redorer le blason de l’ordre qu’il avait créé. La discussion finie relativement tôt. Nous étions tous fatigués et les évènements dramatiques pesaient sur nos épaules. O’Connor nous invita à aller nous reposer, car les prochaines journées seraient longues.

Cette nuit là, le sommeil ne vint pas. Les cauchemars hantaient mes rêves. Lorsque j’ouvrais les yeux entre deux périodes de sommeil je voyais clairement que je n’étais pas le seul à avoir un sommeil  agité, même Cyd qui est d’un calme irréprochable n’arrivait pas à dormir. Je finis par me lever et aller me dégourdir les jambes à l’extérieur. À ma grande surprise, le soleil commençait à se lever à l’horizon. J’entendais les cries dans les rues au loin, la guerre faisait encore rage dans les quartiers avoisinant. Je me suis dit qu’il serait sage de vérifier si les défenses était adéquate au alentour de la forteresse au cas qu’une attaque ne surviendrait. Je me suis donc mis à faire le tour de l’endroit en examinant les murs d’enceinte et mon chemin me mena près de la tente de l’hôpital. Je jetai un rapide coup d’œil à l’intérieur et le cœur me remonta à la gorge aussitôt. J’avais vu des atrocités pendant la guerre, mais ceci était la pire vision jamais regardé. L’hôpital ressemblait à une boucherie tellement il  avait du sang partout, les cries de douleur et les gémissements fusait de partout. Au milieu de ceci, Curt à genou priant. Que faisait-il là? Je voulais aller le sortir de là, mais une petite voix à l’intérieur me disait qu’il n’était pas là pour rien. Pendant ma courte observation, je remarquai qu’il semblait invisible au autre, c’est comme si sa présence n’existait pas et tous continuait à travailler en le contournant in extremis sans jamais le toucher. Ceci n’était certainement pas normal. C’est alors que je vis un miracle se produire devant mes yeux. Une intense lumière blanche irradia du corps de Kurt et les blessures des gens au alentour se mirent à se guérir comme par magie. Même moi, qui étais à l’extérieur  de la tente, je ressentis les effets de ceci. Mes cicatrices que je croyais avec moi pour la vie se résorbèrent et ma peau redevint normal, je n’en croyais pas mes yeux. Mon regard se jeta vers la tente pour voir et Kurt était par terre et James était tout près de lui. Je n’avais même pas remarqué  James tout ce temps, tellement toute cette situation semblait surréel.  Je me suis alors précipité à l’intérieur pour l’aider à relever Curt qui semblait affaiblie par ce qui venait de se passer. Non seulement était t’il affaiblie, mais il avait pris un coup de vieux aussi. C’est comme si 10 ans de sa vie venait de s’envoler devant nos yeux. Nous avons rapporté Kurt à l’intérieur du baraquement pour l’étendre sur l’un des lits, malgré ses plaintes qu’il voulait aider encore, il n’était clairement pas en état de le faire et nous avons veillez tour à tour sur lui : moi, James, Cyd et Goderick. Cette journée et la nuit qui suivi furent les plus paisibles que je n’avais connu depuis très très longtemps. C’est comme si tout le poids des évènements qui venait d’arriver durant les dernières années c’était enfin levé de mes épaules. Je connu la meilleur nuit jamais eu depuis longtemps. Malgré tout la guerre faisait encore rage dehors et nous ne pouvions relaxer autant que nous le voulions. Nous devions agir pour régler le problème le plus vite possible. Pendant la semaine qui suivi, notre troupe aida à la défense de l’endroit et au front lors de plusieurs escarmouches au travers de la ville. Le calme fini par revenir graduellement dans notre partie de la ville. Nous savions qu’il y avait encore des guérillas un peu partout, mais les autres chevaliers et les soldats de la ville s’occupaient de ceux-ci.

O’Connor vint nous voir pour nous expliquer sa prochaine étape. Il devait repartir vers le Cal’Anor pour aller voir le Duc Sinclair et lui annoncer la nouvelle du décès de sa fille. Pauvre homme, ceci ne serait pas facile. Évidemment James offrit nos services pour cette noble cause, mais O’Connor refusa disant que nous en avions assez fait pour cette guerre et qu’il était temps pour nous de passer à autre chose. Lui et ses gardes rapprochées allaient faire le chemin vers le Cal’Anor en bateau une dernière fois en espérant que le tout se passe bien avec le duc Sinclair. O’Connor nous remercia alors pour les bons services rendu et quitta pour aller commencer les préparatifs du départ. 4d9cbd27f2c6a8c213683a30b74fa889Quelques minutes plus tard, un jeune page vint à notre rencontre et demanda à rencontrer moi, Cyd et Goderick. Nous étions demandés sur la place du marché pour une raison que j’ignorais. Cyd et moi avons décidé dit aller, mais Goderick resta sur place prétextant qu’il n’était toujours pas en état d’aller à un endroit aussi bruyant. Je le comprends toute fois, son mal de tête ne semblait pas diminuer, même si une semaine avait passé. J’imagine que c’est le prix à payer pour utiliser l’art de la magie? Ce que je n’avais pas compris c’est que cette fête n’était pas n’importe quelle fête. C’était notre cérémonie de libération. Nous devenions des hommes libres à partir d’aujourd’hui. Quel party, je bus, mangeai, dansai et même j’ai tenté de courtisai la gente féminine. Toutefois mes avances envers elles furent coupées de cour, car Cyd m’agrippa par le collet pendant que ma tentative devenait de plus en plus fructueuse. Il semblerait que je devais retourner au baraquement, car James était revenu et il devait nous parler le plus rapidement possible. Je n’étais pas en état de faire une mission sur le champ sa c’était certain. Arrivé au baraquement, il y avait un vieil homme du nom d’Ismer Fios qui était assis à la table. Il se mit à parler dans un charabia que je ne comprenais pas. Il était là pour nous apprendre ce qu’être un propriétaire de terre était. Mon état avancé en boisson n’aidait certainement pas à la discussion, mais je compris qu’il était là pour James et Curt principalement. Il nous expliqua que vu la récente nomination de James au terre des Braddock, il était maintenant de son devoir d’apprendre à gérer ses terres comme un bon vassal. Nous allions enfin avoir ce que nous rêvions depuis si longtemps. Notre parcelle de terre à nous pour prospérer. Dès le lendemain matin, James mit en branle les démarches pour partir de cet endroit et aller rejoindre ses terres. Notre capitaine était M. Bousquet, il nous expliqua que nous devions voyager pendant 14 jours avec plusieurs escales au travers de ceci pour tirer le bateau, car nous allions voguer à contre courant. Nous avions donc plus ou moins 14 jours pour absorber le savoir de Maître Fios. Ceci serait très court, mais connaissant James, rien ne l’arrêterait pour apprendre les rudiments du métier.

RETOUR