Livre 2 – L’avènement de Laggan – Session 30

Dernière Scène

En début de cette nouvelle journée, Ethan avait décidé de poursuivre l’investigation de la chambre du commandeur. Peut-être pourrais-je trouver des indices supplémentaires, se disait-il. Godric s’affairait à décrypter le portal. La pierre manquante, il avait l’intuition de l’avoir déjà vu quelques part. Quant à lui, Curt devait encore se reposer. Il priait près de l’arche portant les prières de la Justice divine, encore abasourdi que ce qui était inscrit. Comment est-ce que les vœux des hospitaliers s’étaient retrouvés là ? Lorsqu’il les avaient écrits, il avait parlé avec son cœur. Est-ce que depuis tout se temps, il transmet directement la volonté des dieux? James et Cyd, remis de leur fatigue de la veille, étaient allés inspecter les alentours par la trappe au plafond.

Slauther DemonUne vision d’horreur s’offrait à eux. Des douzaines de corps jonchaient le sol. Plusieurs étaient aussi pendus, torturés, crucifiés. Un affreux massacre avait eu lieu ici. Parmi les décombres se trouvait une créature similaire à un amphibien démoniaque de grandeur d’homme. Celui-ci s’adressa à James. Après quelques paroles et insultes, la menace était imminente. Des diables difformes commençaient à se matérialiser autour d’eux, utilisant les corps au sol pour prendre forme. Ils se multipliaient rapidement. Promptement, Cyd appela le reste du groupe par la trappe au sol. Tout près, Godric arriva en premier en renfort. Il y avait bientôt plus d’une dizaine de créatures et au fond de la scène, sur un amas de corps se trouvait un grand diable à multiples tentacules. Cette entité infernale menait ce bal funeste. Lui et ses créatures étaient nettement en surnombre.  De plus, il imposait facilement la peur et la folie chez nos aventuriers. Le diable réussit à dominer complètement James, qui maintenant voyait Godric comme le vicomte Stuart Ward. Godric a eu à peine le temps d’enchanter la lance de Cyd, qu’il devait maintenant se défendre contre James, s’acharnant aveuglément sur lui.

6e61b72d83ec9bc9f44fd8d41bcc4c66

Cyd comprit rapidement d’où venait la source de cette folie, et tenta d’attaquer de front le diable. La riposte fut si violente, que même Ethan qui se trouvait un étage plus bas dans la prison entendit son ami hurler de douleur! Les tentacules l’avaient percé profondément, son armure et sa chaire volaient dans tous les sens. Mais Cyd tenu bon. Personne d’autre que lui, pas même dans tout Darion, aurait pu survivre à une telle agression. En quelques secondes, il recentra son énergie, guérit ses blessures, et fut encore prêt à l’action. Cyd, James et Godric étaient vraiment en mauvaise situation. En plus de s’entretuer les uns les autres, les créatures les encerclaient totalement. C’est à ce moment que Curt arriva. À sa vue, les créatures du mal tressaillirent et il réussit à éliminer la peur chez nos jeunes héros. Mais cela n’empêchait aucunement le diable de dominer mentalement ses protégés. Maintenant, c’était au tour de Cyd de confondre Curt avec son ennemi juré Aktarus. De l’autre côté du combat, malgré ses talents, Godrick, n’était pas de taille contre l’adresse au combat de son cousin. Revenu dans la tour et agonissant au sol, James était sur le point de lui enfoncer sa lame dans la gorge. Il en fallu de peu, Ethan arriva in extremis et le stoppa dans son élan.

DemonCurt, qui avait commencé à implorer l’aide des dieux pour châtier ce mal, fut distrait par une étrange lumière dans le ciel. Il percevait une surprenante et réconfortante mélopée qui prenait la forme d’un psaume similaire à une aurore boréale. Il joignit ses prières aux paroles divines et un nouveau miracle se produisit. Il devint imbu des pouvoirs combatifs des célestes. Il était devenu un être de lumière. Ses yeux et sa lame brillaient intensément, jusqu’à ruisseler un léger liquide blanc et étincelant. Sa typique cape blanche semblait même portée par cet enchantement, ajoutant à l’impression de lumière et de bonté. Ceci eut pour effet d’annuler toute domination de la part du diable. James réalisa qu’il était sur le point de mettre à mort Godric et stoppa sur-le-champ.

Dans cet état surnaturel, Curt focalisa sur le diable dominant. Il avança dans la mêlée, nullement gêné par les autres créatures. Il écarta Cyd avec son bouclier avec une tendresse surprenante, et celui-ci se ressaisit immédiatement. Sa lame frappait fort et juste. Il découpa la chair infernale aisément. Soutenu par Cyd, ce brillant duo mit à terre le diable tentaculaire. Néanmoins, même si les bêtes tombaient l’une après l’autres, le combat demeurait très ardu. Les créatures prirent enfin le dessus sur Cyd. Puisqu’il était clairement affaibli, Curt lui dit de se replier, qu’il était là pour s’occuper de tout. Était-ce dont là son moment, où grâce à lui ses petits gars auraient la vie sauve? Cyd tituba vers la trappe pour quérir de l’aide de Godric. Cyd offrit son arme à Ethan, créant ainsi un relai pour lui permettre de souffler. Avec l’arme magique en main, Ethan eut l’occasion de percer quelques créatures infernales. Le combat était désormais en faveur de nos héros, enfin c’est ce qu’ils croyaient…

Abe BraddockRemis de ses émotions, James remonta à la surface pour se joindre au combat. Lorsqu’il fut arrivé, il repéra en arrière-scène l’amphibien démoniaque. Celui-ci lui fit un clin d’œil, avant d’actionner un portal. Curt ressentit un immense pincement au cœur, signe d’un grand mal. Et par une boule de fumé noire, il apparut. Un grand chevalier en armure d’ébène. Sans son heaume, il fut reconnu immédiatement. Enfin il était là, Abraham Braddock. Cependant, ce n’était plus l’homme bon que Curt avait connu. Son meilleur ami, son frère d’arme, était réellement transformé. Les forces du mal l’avaient poussé à la folie, et ont finalement changé son âme. Il était devenu un chevalier de la mort. Il les menaça tous immédiatement. Il incarnait le mal absolu. Son armure et son arme perlaient d’un liquide noir, une forme d’ectoplasme purement maléfique. Sa voie semblait venir d’outre-tombe, et il inspirait immédiatement la peur chez nos jeunes héros.

***

Sur le sommet de cette montagne, sur le toit de la Blackstorm, se tenaient deux chevaliers. Deux némésis, archétype du bien et du mal. L’un forgé dans les forces des limbes, venus pour détruire les Hommes et Darion. Et dans la grande balance des forces de ce monde, se tenait en opposition le chevalier blanc. Imbu de pouvoirs célestes, les yeux illuminés et à l’armure scintillante se tenait Curt Carwell, paladin de l’Ordre des Légions et défenseur des Hommes.

Dans un dernier sentiment de compassion et d’espoir, il dit à son vieil ami:

« Si tu es encore là Abe, je te demande pardon, pardon pour tout »

Sans attendre la réponse, il se lança à l’attaque. Lumière et ténèbres dansèrent rapidement, férocement, comme l’incarnation du grand combat entre le bien et le mal. L’un comme l’autre, les chevaliers étaient bâtis pour éliminer l’autre. Sainte ou maudite, les épées touchaient leur cible. Mais le chevalier noir était puissant. À bout de souffle, Curt ne put soulever son bouclier comme il aurait dû… D’un coup franc, Abraham remonta son épée à la verticale et trancha la main de Curt qui portait son épée. Dans un cri de douleur, Curt baissa sa garde. Il n’en fallait pas plus pour recevoir le coup fatal.

Comme si le temps semblait s’être arrêté, il vu la lame noire s’approcher. Fermant les yeux, il revue dans un dernier instant ceux qu’il avait aimés depuis le début. Gabrielle, Abe, Esméralda. Il revue les moments magiques de sa vie, le moment où un jeune bambin orphelin lui fit confier, ses moments de bonheur avec lui, le jour où il est devenu chevalier, le jour où est apparu du ciel nul autre que son propre fils… Cyd, Ethan, Godric, James……une larme……. Puis rien.

***

Le corps et la tête de Curt tombèrent lourdement sur le sol. James et Ethan virent tomber sous leurs yeux leur mentor, leur ami. Dans un mélange d’étonnement et de colère, ils surmontèrent leur peur et montèrent à l’assaut. Maintenant, père et fils s’affrontaient. La rencontre tant attendue entre le jeune et le vieux Braddock n’était que violence. Abraham tenta de rallier James :

« Arrêtons de nous battre mon fils. Viens avec moi. Imagine ce que nous pourrions accomplir, rien ne pourrait nous arrêter ».

Mais James, rempli de colère, répondit :

« Tu viens de tuer celui qui a été mon père durant toutes ces années…JAMAIS! ».

Et le combat continua. Équipés d’armes magiques, James et Ethan firent de leur mieux pour le terrasser. Soudain, on entendit un son sourd, suivi d’un rugissement semblable à celui d’un lion, ainsi que celui d’un loup. Arrivés par les montagnes, Aktarus, Fenryr et Maève arrivèrent par les escarpements. Ils étaient accompagnés d’une dizaine de combattants. À la vue de l’Urumain, Abraham ricana :

« Tu as finalement décidé de renier tes vœux envers la grande profanatrice. Soit. Tu en payeras le prix comme tous les autres. »

Il se retourna vers James et le reste du groupe arrivé sur les lieux :

« Laggan est à moi maintenant ».

Activant un gantelet enchanté, celui-ci créa un portal et le chevalier noir disparu.

***

Nos héros, encore sous le choc, se regroupèrent autour de Curt. Le chagrin était à son comble. Godrik et James pleuraient leur père. Ethan et Cyd, à peine remis sur pieds, les accompagnaient dans cette douleur. Le moment qu’ils appréhendaient, le moment qu’ils redoutaient s’était produit. Finalement la vision de Godric fut réalisée. Curt était mort. Fenryr s’approcha, et après avoir poussé un hurlement, semblable à une complainte triste et compatissante, frotta son museau contre le corps de Curt. Il en fit tomber quatre documents. Chacun d’eu portait un nom spécifique. James, Godric, Ethan et Cyd. Le corps du défunt, ainsi que la main qui tenait encore fermement l’épée, s’évaporèrent tranquillement dans une légère vapeur lumineuse. Les larmes aux yeux, chacun prit et lut la lettre qui lui était adressée. Puis un long silence…

***

Curt-FaceC’est ainsi que le rideau tombe sur ce chapitre de notre histoire. Et c’est ici, après avoir parcouru la terre des hommes, du Cal’Anor à Danthivia, après fait de son mieux pour que tout un chacun vive dans un monde meilleur, que l’aventure se termina pour Curt Carwell. Laggan fut son lieu de naissance et de décès, ajoutant encore plus au mysticisme de ce lieu de légende. La visite de la Blackstorm put enfin soulever le voile sur le mystère entourant Abraham Braddock.  Cependant, tant d’énigmes restent à résoudre. La statuette de Tim, les agissements de Gabrielle et Esméralda. Pourquoi avoir conduit les jeunes aventuriers vers ce lieu démoniaque, où Curt était voué à une mort certaine? La douleur que les aventuriers ressentent les pousses à se demander, où était donc cette Justice divine? Au moment où il en avait besoin! Est-ce que le chevalier noir agissait de son propre chef? Que prépare-t-il pour Laggan? Cependant, la question la plus importante qui demeure est de savoir ce que feront nos héros maintenant. Sombreront-ils dans la tristesse et la peur, ou sauront-ils capitaliser sur cette défaite pour se motiver et se lancer à la poursuite du chevalier de la mort? Est-ce que la vengeance sera leur désormais leur motivation première, où serait-ce le sentiment d’être devenu eux même les défenseurs des Hommes suite à la perte de Curt? Sauront-ils défendre efficacement le peuple du Laggan, tels les vaillants soldats qu’ils ont été?

De fiers soldats, des combattants. C’est ce qu’ils sont et ils le resteront, jusqu’à la fin.

It’s time to strap our boots on
This is a perfect day to die
Wipe the blood out of our eyes
In this life there’s no surrender
There’s nothing left for us to do
Find the strength to see this through
 We are the ones who will never be broken
With our final breath
We’ll fight to the death
We are soldiers, we are soldiers

 

 

***

James-FaceLa vision de God était juste. Si nos mères l’avaient vu venir pourquoi non telles pas intervenues? Pourquoi nous on telles envoyées à la prison? Pourquoi envoyer un homme aussi important pour elles que Curt à sa mort? Tant de questions qui demeurent sans réponse, va-t-il falloir attendre après les dieux pour en avoir des réponses. Et quand elles viendront, comment avoir confiance en des dieux qui ont laissé leur champion se faire massacrer dans le haut d’une tour froide et morbide. Ont nous appelle les Héros, mais Curt était le Héros d’une mauvaise histoire où pour une fois, se doit d’être les méchants qui gagnent. Ces même dieux qui réclament notre foi pour pouvoir se regarder dans un miroir et se trouver beaux et bons. Ils nous ont même enlevé son corps! Le monde des hommes ne pourra même pas honorer leur champion. Même cette possibilité de se rassembler autour d’un grand homme pour qu’il puisse nous insuffler du courage, pour une dernière fois, nous a été enlevé. Qu’ils viennent se tenir debout devant nous et nous dire que c’est pour notre bien. Je trouve ça drôle, les nouveaux dieux de Abe ne l’ont pas abandonné lui, comment est-il devenu aussi fort? Tous ensembles nous n’en saurions pas venu à bout. C’est donc nous tous que nos mères ont envoyés à l’abattoir. Et notre champion d’Archmage, je ne me souviens même plus de son non, il était où lui? On dit bien tel père, tel fils, si on pouvait dire tel père tel fille et si on pouvait dire tel mère tel fils. Avec une histoire comme la nôtre, nos destins étaient voués à l’échec comment j’ai pu croire que ça finirait autrement, tous ces gens que j’ai entrainé dans ma folie… On dit bien tel père tel fils?

***

Cyd-FaceCourir, se presser, agir rapidement… Pour en finir ici comme cela. Je sais, Ukar nous a toujours montrer la voie du dur labeur et que rien ne nous serait bénéfique que d’agir dans l’urgence. J’ai agi ainsi, sous une menace obscure nous avons combattu et nous nous sommes presser d’agir dans le bien du peuple. Pour lui, pour le peuple, celui qui prie les dieux et après tout les efforts et les prières de ceux-ci, voilà leur réponse. Du début de l’ange noir en Cal’anor, aux diables à la capital et à ce chevalier noir sur le pic de cette montagne… Nous avons été naïf de croire que nous seul pourrions avoir un impact sur tout cela. Même l’Archmage n’a rien pu faire. Pire, Curt lui-même paladin Héro des dieux, est disparu en un instant. Durant ce combat, j’aurais dû mourir, j’aurais dû me battre jusqu’à la fin. Aujourd’hui, sans lui, comment pouvons nous penser battre ce chevalier de la mort. Curt, dans sa lettre, me parle de vivre une vie heureuse loin des armes. J’ai pourtant bien plus perdu depuis mon arriver en ces terres que lors de la guerre. Comment peut-il penser que la paix est possible ici? Je ne sais comment tout cela ira ou quelle décision notre seigneur prendra, mais pour ma part mon deuil est fait pour une vie heureuse. Le feu brulera et de plus en plus fort…

***

Godric-FacePourquoi? Pourquoi nous avoir mené ici… elles le savaient certainement… mon père est mort, j’ai l’impression que c’est hier que je l’ai retrouvé, le temps a passé si vite. Nos mères le savaient c’est certain, mais elles nous ont tout de même envoyé ici je ne peux voir d’explication. Si il était encore ici je sais qu’il me dirais sans doute que c’était nécessaire, que c’est pour le mieux, que le dessein des dieux était fait ainsi et que c’est ainsi que cela devait se passer… mais malgré toutes ses justifications, je ne peux apaiser ma peine. Sa mort éveille autant plus de questions, ces écritures sur la porte, le portail, pourquoi la pierre manquante se retrouve-t-elle dans l’ancien sanctuaire de ma mère? Maintenant qu’il n’est plus là, j’ai l’impression que James et moi sommes seuls au monde. Peut-être est-ce cela la raison pour laquelle nous nous sommes trouvé? Pour se supporter l’un et l’autre dans cette épreuve. Quoi qu’il en soit, je ne me vois pas le quitter, plus maintenant. J’ai l’impression qu’il est le seul qui pourrait comprendre ma peine. La souffrance est énorme, mais je ne peux m’empêcher de me demander ce que cache ce satané portail, puis ce temple Karamain… ce qu’il cache est-ce que cela m’aurais permis de le sauver. Toute ces questions bousculent. Mes émotions, elles m’empêchent d’y voir claire et le seul phare qui me restait viens de s’éteindre sans que je ne puisse y faire quoi que ce soit. Père je m’adresse à toi où que tu sois, je te fais la promesse d’honorer ta mémoire et de faire en sorte qu’à tout moment que ton regard se posera sur nous, tu seras fier de tes petits gars. Je t’aime repose en paix.

***

Ethan-FaceMort, désolation, démon, mal… Ce ne sont que des mots que les hommes utilisent pour faire peur aux enfants lorsqu’ils ne veulent pas écouter, mais le vivre d’aussi près, je ne pourrais décrire comment je me sens. J’ai connu et vu d’affreuse chose pendant la guerre, mais rien ne ma préparé à ça. Mon être entier est secoué par d’atroce convulsion. Je voudrais maudire les dieux pour avoir créer de tel Abomination. Je voudrais crier mon impuissance, hurler de vengeance, pleurer de douleur, m’effondrer de chagrin. La balance du bien et du mal qu’ils disent. Où est cette balance lorsqu’un champion de la trempe de Curt se fait tuer de la sorte. Curt savait… il savait … Il savait … il savait … il avait annoncé que ceci serait une forte épreuve. Comme à l’habitude, nous l’écoutions d’une oreille, car il répétait sans cesse que cela arriverait bientôt. Comment un homme de sa stature, de son adresse pouvait mourir au combat. Nous n’écoutions pas les signes. Est-ce la jeunesse en nous, notre témérité, notre sentiment d’invulnérabilité? Avec lui au combat, nous étions invincibles. Lorsque je lis la lettre qu’il nous a laissé… Je ne peux que pleurer, je tente de faire sortir mon sourire, car cette lettre est son adieu, ses dernières paroles de sagesse qu’il tente d’enfoncer dans mon crâne de têtu. Je perds un second père dans ma courte vie. Mon premier auquel j’ai dis adieu étant jeune bambin, mon oncle avant la guerre et maintenant… mon père spirituel. Celui qui me guidait et qui m’aidait à revenir dans le droit chemin. Celui qui… m’écoutait… dans mes rares moments de sérieux. La vie est fragile, je le savais, mais en ce moment… Cette fragilité me démoli jusqu’au plus profonds de mon âme. Curt… ces dernières larmes sont pour toi…. Je garderai le sourire demain et a jamais, mais pardonne moi de ne pas t’écouter une dernière fois et de pleurer ton départ. J’ai mal et je ne peux les retenir. J’espère que tu seras heureux où tu iras et que tu prendras enfin bien soin de toi. Jamais je ne t’oublierai.

Retour